Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Remise en service de la forme de radoub N°1 aux Bassins à flot : Conférence de presse.

Publié le 30/06/2016

L’harmonie de la vie de nos quartiers ne peut passer que par l’emploi. Or, une politique de l’emploi uniquement basée sur le tertiaire est très insuffisante. Il est donc fondamental de réintroduire en cœur de ville de l’emploi productif...


Forme de Radoub : Phoenix des bassins à flot

 

Un moment historique jeudi 30 juin 2016 : la remise en service de la forme de radoub N°1 (cale sèche) des Bassins à flot.

 

L’harmonie de la vie de nos quartiers ne peut passer que par l’emploi. Or, une politique de l’emploi uniquement basée sur le tertiaire est très insuffisante. Il est donc fondamental de réintroduire en cœur de ville de l’emploi productif, c'est-à-dire de l’emploi industriel.

 

En ce domaine, la ville de Bordeaux possède un atout considérable avec les outillages portuaires des Bassins à flot. Pendant un temps, avoir voulu mettre dos à dos le monde du tertiaire et celui de l’industrie, pour privilégier une quiétude théorique des habitants du nouveau quartier des Bassins fut une grave erreur.

 

Au début du projet, le maire de Bordeaux était défavorable au développement industriel des Bassins à flot car promis aux promoteurs immobiliers. Pourtant, l’arrivée massive de paquebots fluviaux, en port d’attache à Bordeaux engendre de facto, la mise en œuvre d’éléments d’asséchements spécifiques.

La forme de Radoub de Bassens de plus de 200 mètres de long est aujourd’hui essentiellement dédiée aux chantiers de démantèlement des grands navires (Jeanne d’Arc, Colbert…) et le sleepway du port autonome rue Achard est trop petit. Seules les formes de radoubs, de la fin du 19e siècle et classée Monument Historique, des bassins à flot conviennent pour les bateaux de 120 mètres.

 

Après 20 ans de travail de sensibilisation auprès des élus de tous bords pour faire comprendre l'importance du maintien et de la création d'emplois productifs de la filière navale aux Bassins à flot de Bordeaux.

 

Après 5 ans d'un soutien quotidien au Grand Port Maritime de Bordeaux, à son Directeur et à ses agents.

 

Après 5 ans de réunions avec les institutions, il aura fallu à l’invitation de Philippe DORTHE, la visite du Président de Région Alain ROUSSET pour que soit pris en compte l’importance du volet « développement  de la filière navale ». Cela se concrétisera par 10 millions d’Euros inscrit au Contrat Plan Etat Région 2015-2020 (CPER).

 

Le CPER, générateur du bouclage du budget du port a enclenché par effet mécanique l’agrégation d’autres collectivités : Département et Métropole. De ce fait il permet la mise en œuvre du pôle naval, avec aujourd’hui la mise en service de la forme N°1, à terme l’ouverture de la forme 2 et l’aménagement de son quai

 

Ce travail acharné a été relayé avec efficacité auprès des Ministres de la Mer, Frédéric CUVILLIER et Alain VIDALIES par la Députée  Sandrine DOUCET, qui a pu faire venir sur place ces deux membres du gouvernement.

 

 

Avec cette forme remise en service, nous allons assurer le maintien de la flotte des grands paquebots de croisières fluviales, en attache au Port de Bordeaux, qui jusque là n'avaient pas les moyens techniques pour se mettent au sec en cas d'avarie ou de maintenance traditionnelle.

 

Il est à signaler pendant tout le phasage du processus le soutien actif des associations du quartier de Bacalan qui avec des réunions et des pétitions régulières ont apporté leur pierre à l’édifice.

 

Le Conseiller régional, la Conseillère départementale du canton Corinne GUILLEMOT comme tous les acteurs politiques, ont pu apprécier le travail remarquable effectué par Christophe MASSON, Directeur général du port, les agents et leurs représentants.

 

Ce long combat abouti aujourd’hui à l'espérance de voir les Bassins à flot être source de nouveaux emplois pérennes et qualifiés, et d'offrir aux nouveaux habitants une âme à leur nouveau quartier. D’autant que ces emplois dans leur spécialité ont un socle commun avec ceux de l’aéronautique (AEROCAMPUS formalise une formation commune).

 

Il va de soi que Philippe DORTHE, comme Sandrine DOUCET et Corinne GUILLEMOT, continuerons à s’engager pour que la totalité du projet aboutisse, y compris le développement du « REFIT » des grands yachts. Ainsi Bordeaux retrouvera sa dynamique industrielle et maritime dans une perspective d’avenir.

 

 

 

Chronologie :



retour page précédente...