Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Spéculation immobilère : la "théorie du complot" des méchants polémistes.

Publié le 05/08/2015

Ginko et le reste : Pour bien montrer qu'il n'y a aucune polémique politicienne de ma part, Voici l'édito que j'ai publié en décembre 2009, c'est bien avant qu'un balcon s'effondre à Ginko... Enfin !!! (Photo Stéphane L'éveillé)

URBANISME A BORDEAUX NORD

C’est donc ça… La majorité municipale n’a donc comme objectif, à travers les constructions anarchiques qu’autorise le PLU, que de vouloir changer la sociologie du canton de Bordeaux Nord…  

En tout cas, c’est ce que laisse entendre l’article de Sud-Ouest du 05 décembre 2009, qui décrit mon combat contre ces constructions de promoteurs avides de M2 Shon (surface hors oeuvre nette), comme une peur de voir débarquer une nouvelle population qui me serait défavorable aux élections…

Quelle pensée étriquée. Pire encore ! Une analyse politique de débutant. En effet, tout le monde sait parfaitement que l’urbanisme porté par la défiscalisation et l’accès à la propriété favorise les classes moyennes et moyennes supérieures, qui sont aujourd'hui la base du vote socialiste. Cela s’est d’ailleurs vérifié aux élections cantonales où, dans les nouvelles constructions des Chartrons, le vote de gauche a été particulièrement important.

Il est bien triste de voir cette démarche de basse politique, dont les porteurs travaillent pour leurs intérêts électoraux tout en cautionnant celui de la spéculation.

Dans l’évolution nécessaire de nos quartiers, c’est bien l’être humain qui doit prévaloir. C’est bien un urbanisme concerté qu’il nous faut. Un urbanisme basé sur des constructions accessibles à tous, où les nouveaux venus bénéficient d’appartements qui ne soient pas que le minimum autorisé par la loi, en surface, comme on le voit dans certaines nouvelles résidences du nord des Chartrons…

Quand on s’occupe un peu de ses concitoyens et que l’on reçoit régulièrement, dans les permanences, ces nouveaux arrivants qui cumulent les problèmes avec les bailleurs, notamment au sujet des malfaçons, on se rend bien compte du « ratage » de cette politique de promotion immobilière précipitée.

Il existe, sans s’occuper d’électoralisme, des méthodes, douces, durable et harmonieuses, capables de faire venir des nouvelles populations au cœur de nos quartiers. Sans oublier que la 1ère chose à faire est de penser, en amont, aux nouveaux équipements de services, qui viennent toujours très en retard, comme à Haussmann, par exemple, où l’école a été livrée des années après la construction des premières tranches, et très vite saturée car …pensée trop petite.

Enfin, pour être conscient de tout cela, encore faut-il  vivre en immersion dans les quartiers que l’on a la prétention de vouloir gérer…

Philippe Dorthe le 06/12/2009



retour page précédente...