Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

ÉCOLE JEAN MONNET AUX AUBIERS : IL FAUT GARDER A CETTE ÉCOLE LES MOYENS DÉVOLUS AUX ÉTABLISSEMENTS CLASSES ÉDUCATION PRIORITAIRE

Publié le 08/02/2015

Cependant ce rattachement administratif, sort de facto, l’école Jean Monnet du secteur REP (ex Zone d’Éducation Prioritaire ZEP), puisque le collège de Bruges n’est pas classé REP.

Hier vendredi 6 février à 16h00 heures, je me suis rendu avec Corinne Guillemot à l’école Jean Monnet des Aubiers, soutenir les parents d’élèves en grève, pour dénoncer le rattachement de leur école à la carte scolaire du nouveau collège de Bruges, qui se trouve à proximité.
 

En effet cette décision du ministère part d’un bon sentiment, celui d’améliorer la mixité sociale. En rattachant cette école issue d’un secteur socialement démuni à un collège situé dans une ville moins touchée par les difficultés on peut penser, du moins en théorie, que la mixité sociale soit effective.
 

Cependant ce rattachement administratif, sort de facto, l’école Jean Monnet du secteur REP (ex Zone d’Éducation Prioritaire ZEP), puisque le collège de Bruges n’est pas classé REP. Il faut rappeler que c’est le classement des collèges qui est la référence pour le classement des écoles appartenant à la carte scolaire. Si un collège est classé en REP, toutes les écoles de son secteur sont également REP.
Jusque-là l’école Jean Monnet était rattachée au secteur du collège Édouard Vaillant.
 

Mais pour garder les moyens supplémentaires qu’offre un classement REP, le ministère, par le biais de l’Inspecteur d’Académie laissera pendant 4 ans ces mêmes moyens à l’école.

Tout cela paraît bien compliqué ! Mais en fait ce qui compte surtout, c’est de garder les moyens. L’Inspecteur d’Académie s’y est engagé pour 4 ans.

Devant cette réalité, la Députée Sandrine Doucet qui suit ce dossier avec beaucoup d’attention auprès de la Ministre de l’Education Nationale et moi-même, nous sommes engagés à soutenir trois actions :

1er de demander à l’inspecteur d’académie d’écrire noir sur blanc, la décision de l’éducation nationale de maintenir pour 4 ans les mêmes moyens pour l’école.
 

2e de rester en contact permanent avec l’équipe enseignante, les parents d’élèves et l’inspection académique pour s’assurer que ces moyens sont effectifs et surtout pour qu’ils soient prolongés au-delà des 4 ans. Sachant qu’au bout des 4 ans beaucoup de choses auront évolué au niveau des classements et autres modifications administratives.
 

3e demander à la Mairie de Bordeaux responsable des écoles primaires, de participer financièrement aux actions de l école et bien sûr en supplément des obligations des villes vis-à-vis des écoles.
Dans cette ligne, il est bon de rappeler l’action du Conseil régional d’Aquitaine, pour le Lycée Condorcet, lycée de secteur de Bordeaux nord. A une époque le lycée Condorcet n’était pas en ZEP, mais très fréquenté par des enfants venant de quartiers défavorisés. Aussi à l'initiative du Président Alain Rousset, le Conseil régional a subventionné le lycée pour permettre aux enseignants de proposer plus d’activités aux enfants. La solidarité municipale peut aussi passer par une aide supplémentaire aux écoles des quartiers les plus démunis.



retour page précédente...