Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Patrimoine Aquitain : Séminaire Vallée de la Vézère aux Eyzies.

Publié le 02/10/2014

Avec le Président Alain Rousset, nous avons donc fait le pari que la connaissance devait être le moteur d’une politique globale de valorisation du patrimoine.

Discours d'ouverture

L’Aquitaine est l’une des régions les plus importantes de France par la densité, la diversité et la qualité de son patrimoine culturel, qu’il soit protégé ou non :

Cinq sites ou ensembles inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO : chemins de Saint-Jacques de Compostelle ; juridiction de Saint-Emilion ; Bordeaux port de la Lune ; verrou de Vauban ; 15 sites préhistoriques de la vallée de la Vézère.

Plus de 2 800 édifices protégés au titre des MH en Aquitaine, dont 1/3 en Dordogne et 126 sur la vallée de la Vézère (73 édifices + 53 gisements, abris, grottes), soit 3 à 4 édifices protégés par commune sur le périmètre de cette vallée. 

Certes, le patrimoine historique fait l’objet, depuis bien des décennies, d’un large consensus – le succès des journées du patrimoine ou des journées d’études comme celles-ci en est l’illustration –, mais encore faut-il les reconnaître ces patrimoines, les désirer, les revendiquer, les conquérir au-delà des évidences pour mieux les transmettre et les intégrer dans une dynamique de développement des territoires plus global.  

Depuis la décentralisation de l’Inventaire général, il y a maintenant 10 ans, le président Alain Rousset et moi-même avons donc fait un pari ambitieux, un pari qui prenait pour point de départ la reconnaissance de cette compétence qu’est l’Inventaire Général, une compétence chargée d’étudier le patrimoine, une compétence insuffisamment connue du grand public et qui pourtant avait largement passé le territoire national au crible, une compétence animée par des hommes et des femmes qui avaient développé au fil des années une expertise très pointue dans leur domaine et sur leur région, enfin une compétence qui pouvait s’enorgueillir en 2004 d’avoir publié plus de 900 livres, ce qui restait alors le plus beau catalogue sur le patrimoine français. Ces constats demeurent aujourd’hui, en particulier sur l’effort éditorial qui s’est poursuivi et même accentué depuis la décentralisation, tant sous la forme papier que sur le web. L’année du 50e anniversaire de la création de l’Inventaire général en 1964 sous l’égide d’André Malraux et du 10e anniversaire de la loi de décentralisation de 2004, le bilan est sans ambiguïté : les services régionaux de l’Inventaire n’ont jamais été aussi dynamiques que depuis leur transfert à la Région. Ils sont devenus autre chose sans pour autant avoir délaissé les fondamentaux.

Avec le Président Alain Rousset, nous avons donc fait le pari que la connaissance devait être le moteur d’une politique globale de valorisation du patrimoine. Car aujourd’hui, l’enjeu porte bien sur une mise en ordre de marche la plus cohérente possible de l’ensemble des acteurs intervenant sur le patrimoine pour cerner toutes les problématiques d’un territoire. Vous verrez que cet enjeu est sensible dans la vallée de la Vézère, territoire de projets par excellence.

Or, avec la décentralisation de l’Inventaire Général, la Région Aquitaine est devenue aujourd’hui la seule institution à pouvoir intervenir sur l’ensemble de la chaîne patrimoine, de la connaissance avec l’Inventaire Général à la médiation en passant par la restauration et même la protection, de la culture aux TIC en passant par le tourisme et la formation professionnelle. Si le patrimoine est un facteur de développement culturel et économique des territoires, s’il peut agir comme un élément de cohésion sociale, il est également une composante-clef de la qualité des paysages, qu’ils soient ruraux ou urbains. La valorisation du patrimoine relève à ce titre d’une responsabilité collective à laquelle la Région Aquitaine participe avec force : Règlement d’intervention mis à jour en 2014, espace patrimoine et Inventaire d’Aquitaine à Bordeaux et site web en sont les parties visibles.

Pour mener à bien tous ses projets, la Région Aquitaine a décidé de conclure des partenariats avec d’autres collectivités territoriales permettant d’ancrer les études Inventaire dans un cadre plus opérationnel répondant aux enjeux de territoire (Département de la Gironde sur l’estuaire, ville de Pau, Monpazier, Urrugne…). Or, le moins que l’on puisse dire est qu’il existe une véritable « histoire d’amour » entre la Région Aquitaine et le Département de la Dordogne dans le domaine du patrimoine :

Depuis les années 2000, le Département a recruté de manière tout à fait volontariste deux chercheurs Inventaire pour compléter l’équipe de la Région : au total 3 chercheurs et une photographe passent le Périgord au crible fin. Les territoires du Val de Dronne et de Montpon ont été ainsi étudiés, donnant lieu à des publications, et depuis 2011 une opération est en cours sur l’ensemble de la vallée de la Vézère, d’où notre présence ici. Pour la Région, cet inventaire du patrimoine de la vallée de la Vézère est une priorité : même si on comprend et on défend la place prise par la préhistoire dans les politiques publiques menées sur ce territoire, il est essentiel aujourd’hui de prendre en compte l’ensemble des caractéristiques patrimoniales de la vallée dans les futurs projets, et notamment dans le cadre d’un éventuel classement UNESCO de la vallée au titre des paysages culturels.

La Région Aquitaine et le Département de la Dordogne, avec l’aide de l’Etat, sont à l’origine de la création du Pôle International de la Préhistoire, transformé en Etablissement Public de Coopération Culturelle dont l’objectif est de créer sur le territoire de la vallée de la Vézère un pôle d’excellence de dimension internationale dans le domaine de la Préhistoire (médiation, documentation, tourisme). Cet EPCC est depuis le 1er janvier 2014 la structure porteuse de l’Opération Grand Site qui sera évoquée durant ces journées d’études.

Pour la première fois, l’ensemble des acteurs intervenant sur ces grands projets, « opération grand site », « dossier unesco », « Lascaux IV » sont donc réunis durant ces deux journées d’études pour débattre des enjeux de la connaissance et de sa nécessaire confrontation aux réalités actuelles, au cadre opérationnel qui construira la vallée de la Vézère de demain.

Merci à toutes et à tous.

Philippe Dorthe.

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10204840098540652.1073741900.1184630281&type=1&l=a76ae47dd6




retour page précédente...