Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Bassins à flots de Bordeaux : Tout tourisme et tout tertiaire ou mixité d’activités ? débat Sud-Ouest du 9 septembre au café Maritime.

Publié le 09/09/2014

par: Corinne Guillemot pour «LSQN - Le Sens du Quotidien News ». "Philippe Dorthe est revenu sur la question du « Tout tourisme et tout tertiaire » en trouvant cette vision un peu dangereuse à terme."

C’est face aux  grues en action que « Sud-Ouest Eco »  rassemblait ce matin 9 septembre 2014 au Café Maritime, les acteurs du monde économique, politique, financier et médiatique pour échanger sur le thème « Tourisme, nautisme, tertiaire, numérique : quel avenir pour les bassins à flots ? ».

 

Seul élu présent dans la salle, hormis à la tribune Virginie Camels, représentant le maire Alain Juppé, « retenu à Paris par l’agenda politique très chargé de son parti », et Stéphane Delaux, Pdt de l’Office du Tourisme de Bordeaux, Philippe Dorthe, Conseiller régional représentant Alain Rousset et Conseiller général du canton de Bordeaux-Nord, a pu apporter une réponse alternative à un débat orienté, porté notamment par  Pascal Gérasimo (BMA) (art. SO du 3/9/2014).

 

En effet, l’aréopage, rassemblé pour s’exprimer sur l’avenir de ce quartier ancré dans l’histoire maritime de Bordeaux, a prôné une urbanisation à tout crin, exprimée par les projets de Nicolas Michelin, présent pourtant dans la salle mais qui ne s’est pas exprimé.

 

D’après les acteurs des futurs projets (BMA, Crédit Agricole, Cité des civilisations et du vin…), le tourisme bordelais doit être positionné dans une catégorie haut de gamme et ainsi répondre par des offres de luxe aux futures exigences des touristes actuels et à venir.

 

Une succursale de la prestigieuse école hôtelière de Lausanne (qui a refusé une implantation à la Benauge), un centre commercial réservé aux marques de luxe, des promoteurs immobiliers qui commercialisent aujourd’hui leurs produits entre 3000 et 5200€ le mètre carré, en sont l’exemple !

 

Philippe Dorthe a démenti la promesse faite par la maire-adjointe à l’économie que la mixité « aurait à être préservée ». Il a également mis l’accent sur un postulat de départ basé sur une sorte de révisionnisme de la chronologie, en rappelant que « c’était bien un nouveau quartier  qui s’installait autour d’un port en activité et non l’inverse »  puisque les activités  portuaires pré- existaient à une  mutation en cours, et que jusqu’à présent les bassins à flot n’avaient pas fait l’objet d’un déclassement, qu’ils étaient toujours dans la nomenclature des outillages en activité du Port.

 

Le Conseiller régional et général a ensuite abordé la question du Refit et ainsi démontré que cette activité génèrerait plus de 700 emplois qualifiés.

 

L’élu a rappelé qu’aucun bateau de + de 50m ne peut, à ce jour, être assuré d’une mise au sec. Que les bientôt 9 navires de croisières fluviales (120m) ayant choisi Bordeaux comme port d’attache n’étant pas armés pour aller en mer pour rejoindre un chantier Espagnol, Rochelais ou du nord de la France, ne peuvent, donc, pas être  réparés à Bordeaux en cas d’avarie.

 

Le Conseiller régional relance une démonstration du bien fondé de remettre en service les formes de radoub des bassins à flot. « Une flotte de cette importance (Paquebots de croisières fluviales - ndlr) a besoin d’un pôle portuaire performant pour assurer les mises au sec nécessaires aux réparations et entretiens. Or, Bassens n’a pas les équipements pour assurer les urgences de réparations d’avaries qui sont fréquentes sur un bateau. Seule la grande forme N°3 (225m) existe rive droite. Mais elle n’est pas adaptée avec sa mise en œuvre trop lourde pour des bateaux de cette dimension. Par ailleurs, elle va être de plus en plus dédiée aux chantiers de démantèlement des grands navires réformés.    

Seuls les bassins à flot, avec les deux formes de radoub ont l’outillage nécessaire pour assurer ces travaux et rassurer les armateurs. »

 

Philippe Dorthe est revenu sur la question du « Tout tourisme et tout tertiaire » en trouvant cette vision un peu dangereuse à terme.

 

« En effet, tout axer sur une activité touristique fait glisser lentement un pays, une région, une ville vers une économie de type « tiers-mondiste ». Quand on ne trouve plus comme débouchés économiques que le patrimoine, les traditions, la position géographique, la douceur du climat, c’est que l’on a baissé les bras sur le reste, que l’on n’a plus d’idée et plus d’espoir pour les PME et PMI du secteur industriel. »

 

« Si le tourisme propose des emplois de service, il n’en demeure pas moins que ceux-ci sont très souvent précaires, au turn-over fréquent et aux conventions collectives minimalistes alors que les emplois industriels offrent des activités à des salariés très qualifiés, souvent bien payés ». « Un emploi industriel génère 1,5 emploi du tertiaire », complète t’il.

 

Ph. Dorthe a cependant précisé, que le port était un port de l’Etat, propriétaire du foncier, et que seul le Préfet ou le Ministre des transports était habilité à signer les Permis de Construire concernant le développement de son activité propre. Il a terminé son propos en rappelant que le Conseil de Surveillance du Port avait voté à l’unanimité, (y compris l'élue représentant la Ville de Bordeaux), la mise en œuvre de ce grand projet industriel urbain.

 

Il s’est également posé la question du devenir à terme de tout ces grands chantiers immobiliers urbains : Niel, Brazza, Ginko, Euratlantique, Bassins à flot… Cette frénésie ne favorise t’elle pas la montée de la bulle immobilière ?

 

Nombre de représentants du secteur industriel ont d’ailleurs appuyé et confirmé ses dires à l’issue de la manifestation qui est restée très monothématique, tout en excluant les habitants et acteurs économiques actuels (ex : La Directrice Générale de la société  « L'échoppe » sise rue Blanqui qui annonçait une probable obligation de déplacement de ses activités de Bacalan !).

 

Corinne Guillemot pour «LSQN -  Le Sens du Quotidien News »



retour page précédente...