Conseiller Général du canton de Bordeaux I et Conseiller Régional d'Aquitaine

   
» Agenda

Menu:

retour page précédente...

Bassins à flot : la tentation du « tout tourisme »

Publié le 03/09/2014

tout axer sur une activité touristique fait glisser lentement un pays, une région, une ville vers une économie « tiers-mondiste »...

Bassins à flot : la tentation du « tout tourisme »

L’interview de Monsieur Pascal Gérasimo paru ce matin 03 septembre 2014 me force à réagir.

Le Directeur de BMA prône quasiment une stratégie économique du « tout tourisme » sur le secteur de Bordeaux-Nord.

Cette vision me parait dangereuse à terme. En effet, tout axer sur une activité touristique fait glisser lentement un pays, une région, une ville vers une économie « tiers-mondiste ».  Quand on ne trouve plus comme débouchés économiques que le patrimoine, les traditions, la position géographique, la douceur du climat, c’est que l’on a baissé les bras sur le reste, que l’on n’a plus d’idée et plus d’espoir pour les PME et PMI du secteur industriel.

Si le tourisme propose des emplois de service, il n’en demeure pas moins que ceux-ci sont très souvent précaires, volatiles et au turnover fréquent. Aujourd’hui la crise internationale a totalement changé les habitudes de la clientèle. Le gros de cette clientèle est composé du corps social moyen. Les ménages économisent en premier lieu sur le budget vacances. Cette saison nous l’a bien démontré et le tourisme de proximité a ses limites.

De leur côté, les Allemands que nos économistes aiment tant citer en exemple, n’ont pas laissé tomber leur excellence industrielle.

La France quant à elle a choisi le tertiaire, nous voyons bien que c’est une mauvaise pioche.

Si je défends aussi bien la remise en œuvre des chantiers navals, que l’implantation d’un cinéma multiplexe aux bassins à flot, c’est bien pour proposer une mixité d’activités. La vie c’est la mixité !

De plus, et c’est un comble, ceux qui mettent tous leurs œufs dans le panier du tourisme et particulièrement du tourisme fluvial (ce qui n’est pas pour me déplaire) en faisant venir un nombre important de paquebots fluviaux, n’ont pour vision que la petite partie émergée de l’iceberg.

Ils n’ont pas pensé qu’une flotte de cette dimension à besoin d’un pôle portuaire performant pour assurer les mises à sec nécessaires aux réparations et entretiens. Or, Bassens n’a pas les équipements pour assurer les urgences de réparations d’avaries qui sont fréquentes sur un bateau.

Seuls les bassins à flot, avec les deux formes de radoub ont l’outillage qu’il faut pour assurer ces travaux et rassurer les armateurs.

J’ai bien lu la fin du propos de Monsieur Gérasimo, qui du bout des lèvres parle de la cohabitation industrie – tourisme, mais on sent bien qu’il n’y croit pas. Il aurait alors parlé de complémentarité et non de cohabitation.

 Philippe Dorthe

Conseiller régional d'Aquitaine

Administrateur du Grand Port Maritime de Bordeaux

Conseiller général de la Gironde (Bordeaux 1)

Président de la Maison d'Aquitaine à Paris



retour page précédente...